Alpes de Haute-Provence : Loup, « c'est à l'État d'agir... », Frédéric Esmiol

Alpes de Haute-Provence : Loup, « c'est à l'État d'agir... », Frédéric Esmiol

TRIBUNE / Alpes 1 ouvre sa Tribune aux élus et acteurs socio-économiques des Alpes du Sud. Aujourd’hui, la parole est donnée au président de la Chambre d’Agriculture des Alpes de Haute-Provence.

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Face aux attaques répétées du loup sur les troupeaux et malgré les annonces du préfet, Olivier Jacob, le président de la Chambre d’Agriculture des Alpes de Haute-Provence, Frédéric Esmiol renvoie la responsabilité à l’État. Selon l’agriculteur de Mane, « ce massacre doit cesser. »

 

« Je l’ai rappelé. Ce n’est pas à vous les éleveurs de protéger vos troupeaux. Ce n’est pas à vous les éleveurs de réguler la population de loups », F.Esmiol.

 

Sur le même sujet >>> quatre Loups pourront être abattus dans l'Ubaye / « ça peut être choquant, mais il faut tuer du Loup », Christophe Duverne

 

« La Bréole, Larche, Jausiers, le loup continue de tuer impunément à quelques centaines de mètres des habitations. Ce massacre doit cesser. Nous devons continuer de lutter contre le risque de banalisation de ces carnages successifs.

La tribune de la foire de Barcelonnette était samedi dernier une nouvelle fois l’occasion de dénoncer l’inacceptable, d’adresser un message fort à nos dirigeants et à l’opinion publique. Dans un parfait esprit de concorde les intervenants successifs ont dénoncé l’intolérable. Le préfet Jacob a réitéré, avec des mots choisis, combien il était important de tuer des loups. Combien il était important de se mobiliser, chacun dans nos responsabilités, pour convaincre nos dirigeants nationaux d’agir.

Je l’ai rappelé. Ce n’est pas à vous les éleveurs de protéger vos troupeaux. Ce n’est pas à vous les éleveurs de réguler la population de loups.

Au cours de ces vingt-cinq dernières années, vous avez tout mis en oeuvre pour protéger vos troupeaux, vous avez usé de tous les moyens de protection envisageables. Vous avez payé au prix fort la cohabitation impossible du loup avec les activités d’élevage.

Dorénavant, c’est à l’État d’agir. Dorénavant, c’est à l’État qu’il appartient de mobiliser les moyens adaptés pour réguler la population de loups et de défendre vos troupeaux. Il n’y a pas d’autre alternative. Les loups doivent être tués et repoussés loin des zones d’élevage. C’est à l’État de prendre ses responsabilités… C’est à nous d’y veiller… »

 

LR



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios