Alpes de Haute-Provence : « contre l’insécurité, seul le Rassemblement National peut apporter des réponses », C.Girard

Alpes de Haute-Provence : « contre l’insécurité, seul le Rassemblement National peut apporter des réponses », C.Girard

POLITIQUE / Christian Girard, délégué départemental du Rassemblement National était l’invité du Supplément Alpes de Haute-Provence.

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

« Magouille politique » et « arrangement », Christian Girard, délégué départemental du Rassemblement National (RN), a encore quelques comptes à régler avec Les Républicains, son ancienne famille politique, lorsque celui-ci était membre de l’UMP. Au cœur de cette dénonciation, l’ancien président du parti : Michel Lanfranchi. Mais aussi, le maire de Sisteron, Daniel Spagnou et le maire de Manosque, Bernard Jeanmet-Peralta.

Mais au-delà de ces accusations, le facteur majeur de son adhésion au RN tient en un mot : « l’insécurité. » Selon le délégué départemental « aucun parti n’a été à la hauteur de l’enjeu (…) seul le Rassemblement National peut apporter des réponses. »

 

Christian Girard, un homme de réseaux devenu homme politique

La droite départementale, il la connaît par cœur même s’il n’a été encarté que 6 mois sous les couleurs de l’UMP, en 2014. Une carte coupée et renvoyée à la fédération, suite à la perte de son investiture au profit de Camille Galtier pour l’UMP en 2015 lors des élections départementales sur le canton de Manosque 2. Malgré cela, sur son nom et avec une candidature divers droite, il aura récolté 8,78% des voix. Autant de voix qui auront coûté la victoire à la droite au profit du PS.

Avant cet épisode, il aura connu de l’intérieur trois campagnes du maire de Manosque, Bernard Jeanmet-Peralta, jusqu’en être son colistier (en place non éligible) lors de la campagne de 2014. On relèvera également son rôle de directeur de campagne du maire de Corbière, Jean-Claude Castel, lors des législatives perdues de 2012, face à Christophe Castaner. « Une élection qu’on n’aurait jamais dû perdre, si on n’avait pas eu la droite la plus bête de France », se souvient Christian Girard.

Si ce Manosquin n’était pas destiné à la politique, son réseau aura eu raison du potentiel électoral que son nom peut représenter dans une liste, étant actif dans le milieu associatif depuis l’âge de 18 ans. Il a été tour à tour membre et président du Lions Club de Manosque, membre de l’Association des Commerçants de Manosque, conseiller Technique de la Chambre de Commerce et d’Industrie des Alpes de Haute Provence, sur la liste de la CCI de Nicole Pelloux, président de l’Association du Tour des Communautés de Communes de Haute Provence, président du football club de Manosque.

 

Possible caillou dans la chaussure lors des prochaines échéances électorales pour Les Républicains ?

Car le délégué départemental RN pourrait avoir la dent dure et la rancœur tenace contre son ancienne famille politique, n’excluant rien pour les municipales de 2020 à Manosque. Quant à l’union des droites, qui n’est pas envisageable avec Les Républicains, comme l’a annoncé sur Alpes 1 le futur président du parti dans le département, David Gehant, Christian Girard compte bien se tourner vers une autre droite : celle de Marie-Anne Baudoui-Maurel.

Si l’accord entre RN et Debout La France (DLF) ne s’est pas conclu au niveau national entre Marine, le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, le délégué du RN temps la main à la secrétaire départementale de DLF dans les Alpes de Haute-Provence.

 

Retrouvez l’intégralité de l'entretien avec Christian Girard dans le Supplément Alpes de Haute-Provence avec Alex Cam ici.



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios