Alpes de Haute-Provence : Orion et Guy prennent leur envol !

Alpes de Haute-Provence : Orion et Guy prennent leur envol !
© François Breton - Parc National du Mercantour

ENVIRONNEMENT / Le gypaète barbu, une espèce rare à protéger et avec un cycle de reproduction sensible. Les deux couples installés dans l'Ubaye ont échoué, en raison des conditions d'enneigement et de problèmes de fertilité

 

- Alpes de Haute-Provence - 

 

Guy et Orion ont pris leur envol ! Deux gypaétons barbus éclos en début d’année dans le Parc National du Mercantour. « Ils sont issus de deux couples dans la Tinée et qui ont vu leurs jeunes s’envoler les 17 et 20 juillet », explique François Breton, chargé de mission sur ce rapace au parc du Mercantour. Orion, comme la constellation, s’est vu baptiser ainsi par le grand public lors d’un sondage sur les réseaux sociaux. Quant à Guy, son nom évoque celui d’un bénévole naturaliste passionné décédé en septembre dernier. Il est issu d’un couple installé du côté de la Bonette. « Ils restent pour l’instant à proximité des parents qui participent à leur éducation. Mais dès l’automne, un nouveau site de reproduction sera entamé et les juvéniles seront chassés », poursuit le responsable. Débutera alors pour les juvéniles une vie erratique qui les mènera au bout d’environ 5 ans à un territoire, où ils pourront se reproduire à leur tour vers l’âge de 7 ans.

 

Les reproductions, un cycle rare et à protéger

Deux naissances qui sont un évènement rare. Tout d’abord parce qu’elles sont issues d’un très long travail de réintroduction de l’espèce protégée, travail démarré dans les Alpes en 1986 puis en 1993 pour le Parc du Mercantour. Ensuite parce que le gypaète barbu est une espèce rare à l’échelle des Alpes, on compte seulement quatre couples dans le sud : deux dans la Tinée, deux dans l’Ubaye qui se sont réinstallés suite aux lâchers de 45 juvéniles ces dernières années. Enfin, parce que la reproduction du gypaète reste très compliquée, comme l’explique François Breton, chargé de mission sur ce rapace au parc du Mercantour.

 

Les couples de gybaètes ubayens sensibles aux conditions météorologiques

Si les deux couples situés dans la Tinée sont parvenus à la reproduction, les deux autres basés dans l’Ubaye ont eux échoué.

 

Globalement, le Sud des Alpes enregistre donc en 2018 un succès reproducteur de 50 % pour ces quatre couples de gypaètes présents en nature. Cela montre que cette espèce menacée a encore besoin de protection et de bienveillance pour retrouver sa place.

 

C. Michard



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Alpes 1

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios