Alpes de Haute-Provence : manifestation du 26 janvier à Manosque, les syndicats demandent à être reçus par le préfet

Alpes de Haute-Provence : manifestation du 26 janvier à Manosque, les syndicats demandent à être reçus par le préfet

SOCIÉTÉ / Pour les syndicats, l’action a été disproportionnée. Ils demandent à être reçus en préfecture pour « dénoncer ces événements et obtenir des éclaircissements » du préfet notamment sur les consignes données aux gardes mobiles.

 

- Alpes de Haute-Provence -

 

Manifestation du 26 janvier à Manosque, les syndicats demandent à être reçus par le préfet. CGT, FSU et Solidaires se disent « choqués et scandalisés », « ce à quoi nous avons assisté samedi n’était pas une opération de maintien de l’ordre mais une action de répression indigne de notre état républicain », écrivent-ils. Pour rappel, ce samedi était organisée une manifestation où Gilets Jaunes, syndicats et élus communistes appelaient à converger.

A lire : Manosque en jaune ce samedi pour l’acte XI de la mobilisation

Selon les syndicats plus de 1.500 personnes étaient présentes. Mais vers 15h, devant l’hôtel de police de Manosque, des heurts ont éclaté entre manifestants et forces de l’ordre. Deux personnes ont été hospitalisées sur Manosque.

En savoir plus : gilets jaunes, des heurts avec les forces de l’ordre à Manosque

« De façon soudaine et totalement inattendue, des gardes mobiles remontant du parking du théâtre ont lancé des grenades lacrymogènes sur les manifestants provoquant l’affolement et les inévitables réactions de colère de quelques-uns. Plusieurs bombes de désencerclement ont éclaté rajoutant à la confusion » indiquent les syndicats. Des syndicats qui soulignent que des enfants, mais aussi des personnes âgées étaient présents dans le cortège, et se seraient vus « pourchassés à travers la circulation par les escadrons de gardes mobiles ».

 

« Du jamais vu à Manosque et dans les Alpes de Haute Provence », CGT, FSU et Solidaires

 

Pour les syndicats, l’action a été disproportionnée. Ils demandent à être reçus en préfecture pour « dénoncer ces événements et obtenir des éclaircissements » du préfet notamment sur les consignes données aux gardes mobiles.

LR